******aa*******
Que faire en cas d'intoxication ?

Réseau de surveillance des troubles des abeilles


Mortalité
Dépeuplement
Comportements anormaux sur vos colonies...

N'ATTENDEZ PAS !

Contactez au plus vite l'ADAPIC aux numéros suivants :
La semaine : 02 38 71 91 03 ou 06 42 62 12 99
Le week-end ou si personne n'est joignable aux numéros précédents : 06 60 85 28 76


Procédure à suivre en cas de troubles sur vos colonies

Suite à la note de service de la DGAL du 26 avril 2011 nous vous rappelons la procédure à suivre si vous constatez des troubles sur vos colonies. La note est disponible dans son intégralité ici.

Le dispositif repose sur la déclaration de tous les troubles par les apiculteurs aux DD(CS)PP, qui recensent tous les cas signalés mais concentrent leurs actions sur :
  • Les 4 maladies réputées contagieuses (MRC)
  • Le syndrome des « mortalités importantes de printemps, d’été et d’automne ».

La note spécifie que les autres troubles, comme les mortalités de sortie d’hiver, les affaiblissements divers, les maladies autres que les MRC, les disparitions de butineuses avec absence de cadavres incombent aux apiculteurs et à leurs organisations sanitaires.

Les étapes à suivre :

1. Détection des troubles et déclaration

Lorsque des troubles sont constatés, l’apiculteur doit téléphoner au plus vite à la DD(CS)PP du département. En dehors des heures ouvrables, l’apiculteur doit joindre la préfecture qui lui indiquera l’agent de la DD(CS)PP d’astreinte. Un formulaire de déclaration de suspicion contenant des renseignements sur le rucher, la constatation du trouble, les symptômes et les traitements suspectés (en cas de suspicion d’intoxication par un produit phytopharmaceutique) sera rempli.

Coordonnées des Directions Départementales (de la Cohésion Sociale) et de la Protection des Populations DD(CS)PP :


2. Tri des déclarations

La DD(CS)PP effectue ensuite un tri et gère les cas suivants :

  • Syndrome « mortalité importante d’abeilles intervenant au printemps, en été ou durant l’automne ». C’est un phénomène de mortalité aigüe, qui affecte donc brutalement un pourcentage significatif d’abeilles d’une ruche (plus de 10 %, soit au minimum 3 000 abeilles mortes pour une ruche de 30 000 abeilles ou de ruches d’un rucher).
Dans ce cas, les enquêtes conduites par la DD(CS)PP et le DRAAF-SRAL auront pour objectif de rechercher et constater les mauvaises utilisations de produits phytopharmaceutiques susceptibles d’être responsables des mortalités constatées.

  • Suspicions de MRC :
    • La nosémose à Nosema apis (une microsporidie) ;
    • La loque américaine, Paenibacillus larvae (une bactérie) ;
    • Le petit coléoptère de la ruche, Aethina tumida (un insecte, encore exotique à l’Union Européenne) ;
    • Tropilaelaps spp (un acarien parasite spécifique du couvain d’abeilles, encore exotique à l’Union Européenne).
Dans un cas de suspicion de MRC, une visite sur le rucher et des prélèvements sont effectués par un agent de la DD(CS)PP ou un agent sanitaire apicole.


3. Gestion des cas de « mortalité importante de printemps, d’été ou d’automne ».

Elle suit les étapes suivantes : 

a) Visite du rucher et prélèvements :

  • Un agent de la DD(CS)PP ou un agent sanitaire apicole compétent sur demande de la DD(CS)PP se rend sur le rucher dans les 48 heures suite à la déclaration afin d’inspecter et de réaliser les prélèvements nécessaires. La fiche de visite sanitaire remplie par l’agent contient des renseignements détaillés sur le rucher et son environnement, les colonies d’abeilles avant le trouble (parcours, état des colonies, traitements sanitaires réalisés…), sur les troubles (symptômes sur abeilles adultes, couvain, butineuses sur culture), sur les prélèvements et sur les traitements suspectés.

  • A l’issue de l’inspection des ruches, l’agent détermine si une enquête sur les pratiques phytopharmaceutiques locales est nécessaire. Si les symptômes semblent d’origine pathologique et si une MRC est suspectée, une enquête sera menée pour confirmer ou infirmer la suspicion de MRC.

  • Afin de vérifier les hypothèses mises en évidence par l’enquête phytosanitaire, des échantillons d’abeilles mortes sont prélevés. Attention à la qualité et la quantité d’abeilles prélevées.
Consignes pour les prélèvements : le prélèvement est à effectuer au maximum 48 heures après la déclaration, par un agent de la DD(CS)PP ou un agent sanitaire apicole désigné. 
La note DGAL demande un seul échantillon de 300 abeilles (un deuxième échantillon de 100 abeilles supplémentaires si des analyses pathologiques sont à réaliser). Si possible, réaliser les échantillons en plusieurs exemplaires (de 300 abeilles) pour que l’apiculteur puisse en conserver un.
Le prélèvement est transporté dans une glacière garnie de plaques eutectiques avant d’être stocké au congélateur.


b) Cartographie du site d’enquête :

Le DRAFF-SRAL doit examiner les pratiques agricoles dans un rayon de 3 km autour du rucher. Une cartographie des parcellaires de la zone est demandée par le DRAFF-SRAL à la DDT.


c) Enquête phytosanitaire :

L’enquête doit démarrer dès réception de la cartographie. Elle vise à identifier les traitements et les produits phytosanitaires utilisés récemment à proximité du rucher et à procéder, en fonction des résultats, à des prélèvements de végétaux (à faire dans les 72 heures suivant la déclaration de troubles).


d) Envoi des échantillons :

L’enquête phytosanitaire doit permettre, dans la mesure du possible, d’orienter les analyses toxicologiques vers une ou plusieurs molécules spécifiques susceptibles d’avoir causé la mort des abeilles. Le cas échéant, une analyse large de toxiques sur abeilles est à demander. Les analyses se font au GIRPA, après acceptation du devis par le DRAAF-SRAL.


e) Exploitation des résultats et les conclusions de l’enquête

Après réception des résultats d’analyse, la DRAAF-SRAL et la DD(CS)PP décident conjointement de la suite à donner à l’enquête et de la diffusion des résultats.

Il est néanmoins précisé que « toute intervention d’un service de l’Etat sur un rucher doit donner lieu à la rédaction d’un rapport de diagnostic, destiné à l’apiculteur. Ce rapport contient un bref compte-rendu de visite, les résultats des différentes analyses et enquêtes (pathologiques et toxicologiques) qui ont pu être effectuées, ainsi qu’une interprétation succincte de ces résultats ».